"ON DIRAIT LE SUD", ÉPISODE 8


Diffusé en juin 2015

Mémoires vives, de Marie Poitevin

Mémoires vivesLe camp de Rivesaltes battu aux quatre vents est un témoin d’une histoire de France marquée par les déplacements de populations (Républicains espagnols, Juifs, Harkis...). Longtemps prévu à la démolition, il est aujourd’hui devenu un enjeu mémoriel. L’architecte Rudy Ricciotti, l’historien Denis Peschanski et la directrice du Mémorial Agnès Sajaloli présentent ces enjeux et croisent leurs regards sur ce qui fut le camp plus vaste de toute l’Europe de l’Ouest. Son ouverture est prévue en octobre 2015.


La Villa Laurens, de Blandine Armand

La Villa LaurensLa restauration du salon de musique de la Villa Laurens à Agde est très particulière. Renonçant à la restau- ration d’œuvre trop altérée par le temps, la DRAC et les Monuments historiques ont choisi de remplacer ces œuvres murales par des œuvres contemporaines que les artistes sont en train d’installer. Outre la valeur artistique du salon de musique et des œuvres ajoutées, le film montrera comment une démarche de restauration peut se dégager d’une tendance à la sanctuarisation du patrimoine.


En traversant Antigone, de Naruna Kaplan de Macedo

En traversant AntigoneDevenu quartier emblématique de Montpellier, Antigone est le fruit d’un travail porté par Ricardo Bofill inspiré de l’architecture utopique et d’une volonté d’urbanisme forte portée par Georges Frêche. Paradoxalement, c’est en s’inspirant de l’architecture néo-classique que Riccardo Bofill ancra résolument Montpellier dans la modernité. Linéarités, perspectives, jeux de miroirs, mais aussi véritable lieu de vie, revendiquant mixité sociale et services aux habitants.



Pierre Paulin dans les Cévennes, de Danielle Schirman

Pierre Paulin dans les CévennesLe designer Pierre Paulin a longuement dessiné des fauteuils, cherchant depuis les années 60 les formes et les matières susceptibles d’offrir à ses contemporains l’aisance, la détente, une voie d’accès vers un bien-être dans toutes les phases actives ou contemplatives de leur quotidien. Cet admirateur de Le Corbusier a aussi mis en pratique sa recherche du bonheur dans la maison qu’il a dessinée et meublée en Cévennes. Danielle Schirman, réalisatrice de films sur le design, explore cette maison où Pierre Paulin a concentré l’ambition et la recherche de toute une vie.


Cabane en cavale, de Marie Poitevin

Cabane en cavaleEn résidence dans cette vallée de l’Hérault, Kinya Maruyma est un artiste paysagiste qui souhaite recréer l’espace du jardin de l’abbaye bénédictine d’Aniane. Né au VIIIe siècle cet ensemble roman a été durement détruit durant les guerres de religions puis utilisé à partir du XIXe comme centre pénitentiaire pour enfants. Le réalisateur dévoilera l’œuvre de l’artiste à travers une déambulation dans les jardins de l’abbaye autrefois jardins du directeur du bagne en montrant comment l’art parvient à dépasser la triste mémoire du lieu.


Protéger la Fé di Biou, de Fany Vidal

Protéger la Fé di BiouLes arènes démontables qui s’installent le temps d’une corrida ou d’une course camarguaise dans les villages gardois, sont plus qu’un simple décor saisonnier. Classées au patrimoine culturel français, elles représentent un élément paysager de la culture traditionnelle régionale.




Ange Leccia au Château de Salses, d’Anne-Laure de Franssu

Ange Leccia au Château de Salses Ange Leccia au Château de Salses, d’Anne-Laure de Franssu Tout près de Perpignan et de la frontière espagnole, la forteresse de Salses, lieu fantastique tenant à la fois du fort militaire et du château médiéval, a cessé depuis le 17ème siècle de protéger le Pays Cathare contre l’ennemi français. Témoignage de ces temps agités, la forteresse qui surplombe la Côte Vermeille est désormais investie par les artistes et plasticiens. Cet été, c’est le plasiticien corse Ange Leccia qui expose quelques videos emblématiques de son travail, notamment “Mer“ créée en 1991 après un séjour au Japon, à la Villa Kujoyama.

Haut de page


"ON DIRAIT LE SUD", ÉPISODE 7


Diffusé en mai 2015


Hordae Nostrum, de Boris Garavini et les Films Invisibles

Hordae NostrumAu Pont du Gard a lieu une des rencontres des plus passionnantes de l’été : des hautbois venus du Maroc et du Languedoc se retrouvent pour jouer ensemble. Cet événement attire la foule, et permet un exceptionnel mélange des cultures.





Troubadours, de Jérémiah

TroubadoursDepuis plus de vingt ans, le médiéviste Gérard Zucchetto déchiffre les manuscrits et partitions médiévales pour maintenir vivant l’art des troubadours occitans. Il forme en 2000, avec 15 artistes, le Troubadour Art Ensemble qui maintient un esprit non pas médiéval, mais intemporel, celui de chercher et questionner le monde. Trobar veut dire « art de trouver », art de trouver la rime, le vers et finalement le « canso », poème lyrique occitan, né au XIIe, qui sera porté par des instruments traditionnels et contemporains.






Férid Muchir : l’esprit du lieu, de Chantal Marchon

Férid MuchirDans le but d’identifier et de signaler à l’attention du public les immeubles ou territoires inscrits aux monuments historiques, le Label XXe avec son logotype ont été créés. Début janvier la commission nationale a classé au titre des monuments historiques la maison de vacances de Muchir qui se situe à Canet. Fédir Muchir est un architecte de la première moitié du XXe siècle qui a pensé les imbrications entre espaces privés et espaces publics dans les maisons individuelles s’inscrivant dans une problématique méditerranéenne très ancienne. Il récuse aussi la linéarité des façades urbaines et multiplie les jeux de courbes et d’élévations inégales.


Bruit blanc, de Valérie Urréa et Mathilde Monnier

Bruit BlancC’était il y a 17 ans. Quand elle dirigeait Montpellier Danse, la grande chorégraphe Mathilde Monnier a dansé avec une jeune autiste, véritable danseuse spontanée. Le festival recommence en juin, la danse continue de nous faire bouger, dans nos corps et dans nos têtes.





Fata Morgana, de Christine Baudillon

Fata MorganaLe musée Paul Valéry célèbre les 50 ans d’existence de la maison d’édition Fata Morgana. « Un goût du livre », du beau livre, que Bruno Roy porte depuis 1965 et dont témoignent le millier de publications nées au sein de cette maison. André Breton y côtoie Pierre Alechinsky, Bernard Chambaz Jean-Pierre Schneider dans une volonté commune, mêler leurs traits sur ces pages. Au-delà du beau, Christine Baudillon saisit dans son film la force fondamentale de Fata Morgana: le goût de l’esprit.


Sous les ailes de Mermoz, de Naruna Kaplan de Macedo

Sous les ailes de MermozClassé Monument historique en 2002 au titre d’Architecture XXe siècle, le lycée Mermoz de Béziers est le fruit d’une collaboration entre Pierre Jeanneret, architecte et cousin de Le Corbusier, Charlotte Perriand, designer, Jean Prouvé, ferronnier. Ainsi les principes du Corbusier ont été appliqués ici, non pour des particuliers, mais pour répondre aux besoins d’une communauté scolaire. Toiture en ailes d’avion et mobilier design prolongent ce travail architectural au service de l’apprentissage professionnel.


Les carrières de Saint-Pons de Thomières, de Manuel Deiller

Les carrières de Saint-Pons de ThomièresC’est l’histoire d’un village construit tout près d’une carrière de marbre. Depuis l’antiquité, la pierre l’a nourri, et le village n’a cessé de cultiver ses carrières. Ici, on célèbre avec passion les fruits de cette union, avec la certitude que depuis des générations, les hommes et les femmes ont tout, sauf un cœur de pierre.




Emulsion, une réception, de Christine Baudillon

Matali CrassetDans le cadre du 1 % artistique, Matali Crasset a réalisé une œuvre à l’intérieur du lycée hôtelier Georges Frêche signé de l’architecte italien Massimiliano Fuksas. L’œuvre « Emulsion » est dédiée au fouet de cuisine, instrument de la transformation culinaire dont le design est retravaillé, détourné pour proposer d’immenses fouets végétaux et verdoyants structurant l’espace d’accueil du lycée. Le réalisateur peut pousser son regard vers la réception des lycéens et personnels du lycée afin de confronter l’artiste au public qui vit l’œuvre au quotidien

Haut de page


"ON DIRAIT LE SUD", ÉPISODE 6


Diffusé en avril 2015


Des artistes au lycée, de Boris Garavini et les Films Invisibles

Des artistes au lycéePendant 5 jours, au début du mois de mars, et à l'initiative du Théâtre du Cratère, le lycée Jean-Baptiste Dumas à Alès est littéralement envahi par les artistes de théâtre, chanson, cirque contemporain. Le film de Boris Garavini décrit cette irruption foisonnante dans l’enceinte de l’institution scolaire.




La Casa Musicale, de Laure Bourdon Zarader

La Casa MusicaleInstallée dans un quartier gitan de Perpignan, ville exposée à des tensions importantes entre différentes communautés, La Casa Musica contribue à une meilleure mixité sociale par la création de concerts dédiés aux Musiques du Monde et aux Musiques actuelles. À l’occasion d’un festival consacré aux Musiques du Maghreb, le film raconte la démarche d’un lieu qui associe étroitement culture et lien social.



La Mal Coiffée, de Manuel Deiller

La Mal CoifféeDes jeunes femmes vivant dans le Minervois ont créé en 2003 un groupe de polyphonie pour interpréter des chants traditionnels où poésie et langue occitane réinventent un répertoire populaire. Qui sont ces femmes qui réussissent à s’inscrire de façon contemporaine dans un terroir culturel et linguistique en évitant le risque passéiste et régionaliste, en l’universalisant ?



Chair, Magenta, le bleu du ciel, figures, de Christine Baudillon

Chair, Magenta, le bleu du ciel, figuresNous sommes à Sète, dans la lumière bleutée de l'hiver, un jour de vernissage au Crac, centre régional d'art contemporain. La lumière décline, au bord du crépuscule. Noëlle Tissier, fondatrice et directrice du Crac, évoque cette nouvelle exposition monographique mettant à l'honneur quatre femmes œuvrant depuis de longues années dans le champ de l’Art contemporain. Sylvie Fanchon, Nina Childress, Enna Chaton, Mïrka Lugosi. Cette décision vient-elle d'un engagement féministe ? Ici, pour Noëlle Tissier, le message est ferme, il n’est point question de la femme seulement, mais surtout et avant toute chose de l’œuvre elle-même. Dans les travaux respectifs de chacune, affleurent délibérément les notions de représentation, modèle, corps, peau, fantasme et désir..


Submarin Crew, de Manuel Deiller

Submarin CrewGroupe émergent de la scène hip-hop, le crew Submarin prépare activement, à Montpellier, l’événement phare de l’année : les Battles, un championnat où les équipes rivalisent dans le rythme et l’acrobatie avec la théâtralité qui caractérise la discipline.




La Nef du Salut, de Raymond Achilli

La Nef du SalutDans un quartier de Nîmes aux constructions géométriques, un édifice construit en forme d’amende avec des blocs de béton préfabriqués, questionne. À première vue, sur sa façade principale aucun signe ostentatoire religieux connu. Seuls une nef qui franchit les flots et quelques poissons gravés dans le béton nagent au pied d’un pilier alors qu’à l’extrémité de celui-ci, une croix de Camargue ferre les cieux. En fait cette alliance entre les gardians et les pêcheurs de la région est le symbole du Salut dans la religion catholique. C’est ainsi que l’architecte Joseph Massota qui souhaitait « bâtir une église en béton avec beaucoup de lumière, de verre », a conçu l’église Saint-Dominique, commandée par l’évêché et inaugurée le 13 décembre 1964.


Carnets, de Jean-Baptiste Durand

Les lycéens et l’art contemporainDe nombreuses résidences d’artistes dans les établissements scolaires sont portées chaque année par la Région et la DRAC dans le but de promouvoir l’art contemporain, de le rendre plus accessible par le biais des artistes eux-mêmes. Pour les élèves il s’agit de faire un pas de côté par rapport aux autres enseignements et de travailler durant quelques semaines avec un artiste qui propose, comme le dessinateur Toma Dutter, de sortir de l’intentionnalité et du cadre scolaire.

Haut de page


"ON DIRAIT LE SUD", ÉPISODE 5


Diffusé en mars 2015


La fête de l'ours, de Jean-Marie Teno

La fête de l'oursLa légende veut qu’un ours ait enlevé une jeune bergère. Traqué par les chasseurs, l’ours après s’être vaillamment défendu fut capturé et la jeune fille sauvée. On ramena l’ours sur la place du village où il fut rasé. Humilié, mais « plus humain », l’ours accomplit alors différents travaux et tâches pour le compte des villageois. Cette histoire est devenue un rituel du passage à la vie adulte. Les jeunes hommes se déguisent en ours et parcourent le village pour marquer les jeunes filles en âge de se marier. Capturés par les chasseurs, ils sont lavés et rasés puis on leur apprend à danser, manger et boire. Le réalisateur s’intéressera à la portée ethnologique de cette fête célébrée en Vallespir dans les Pyrénées et brossera des portraits de jeunes gens participant à ce parcours initiatique.


Pierre Bismuth, de Christine Baudillon

Pierre BismuthArtiste plasticien diplômé des Arts Décoratifs, scénariste récompensé d’un Oscar pour sa collaboration au film de Michel Gondry, Eternal Sunshine of the Spotless Mind, Pierre Bismuth a réalisé pour le Musée d’Art contemporain de Sérignan une exposition où il associe art contemporain et cinéma, où il prolonge sa conception du réel comme support de nos fantasmes. Au moment du décrochage de son exposition, Christine Baudillon revient avec lui sur sa recherche plastique.


Les Voix de la Méditerranée, de Marie Poitevin

Les Voix de la MéditerranéeDepuis 17 ans, Les Voix de la Méditerranée, accueille à Lodève de nombreux poètes des pays du bassin Méditerranéen. Chaque année pendant 5 jours, des dizaines de milliers de personnes viennent rejoindre les Lodévois pour une seule et même cause: lire des poèmes sous le soleil de juillet. En cette période de restrictions budgétaires, nous rendons un hommage à ce festival, en diffusant des morceaux choisis des années 2013 et 2014.


Agnès Varda, de Yann Sinic

Agnès VardaLa sortie en version restaurée du film d’Agnès Varda, Sans toit ni loi, 1985, a donné l’idée à Languedoc Roussillon Cinéma d’organiser un entretien avec la réalisatrice sur les lieux du tournage, à l’emplacement des Deux Cyprès, près de Saint-Aulnès. Ce topos est le deuxième personnage du film avec Mona, incarnée par Sandrine Bonnaire, jeune femme dont on suit l’errance dans un flash back des derniers jours de son existence. Varda revient sur ce tombeau à ciel ouvert dans lequel on retrouvera le corps de la jeune femme et nous livre sa soif inaltérée de la liberté.


Le Pont Neuf des Amants, de Chantal Marchon

Le Pont Neuf des AmantsPour les besoins du tournage des « Amants du Pont-Neuf », le chef décorateur Michel Vandestien avait recréé, dans l’arrière-pays de Montpellier, le Pont-Neuf et les quais de la Seine. Filmant le travail du décorateur dans cette entreprise démesurée, qui faillit entrainer la faillite du film et des sociétés de production, cette archive inédite de Chantal Marchon nous replonge dans les coulisses d’une création unique dans l’histoire du cinéma français.



Être sans rivages, de Marie Poitevin

Être sans rivagesIl s’agit d’un formidable projet de recueils de témoignages audios à l’échelle d’une région. Tout à tour les Républicains espagnols, les mineurs et les rapatriés de la guerre d’Algérie ont été écoutés, questionnés et enregistrés constituant une base de données essentielle pour l’Histoire. Un réalisateur va travailler sur cette démarche ethnologique et mémorielle pour en restituer la richesse patrimoniale et rappeler que la Guerre d’Algérie n’a pas encore connu le travail mémoriel nécessaire.


Dimoné, de Laure Pradal

DimonéÀ l’occasion de son concert au festival Printival de Pézenas, le chanteur et compositeur rock Dimoné expose son rapport à la musique et au public.





Dans la gueule du cirque, d'Hélène Morsly

Dans la gueule du cirqueUne histoire de valises qu’on emporte avec soi. Des enfants placés en Maison d’enfants à caractère social, dont on imagine qu’ils ont avec eux cet objet, rangé dans un coin leur chambre, prête à saisir pour aller les fins de semaine ou les vacances retrouver leur famille. Un objet récurrent, aussi, dans l’univers du cirque. Une valise et des trésors dedans. Fabien Coulon, membre de la Cie BlaBla productions et créateur du spectacle « Dans la gueule du Gnou », anime un atelier cirque avec des enfants de la Maison d’enfants Bon Secours de Montpellier. Quelques heures passées ensemble pour créer un petit spectacle présenté au Domaine d’Ô devant les familles, les éducateurs, les amis.

Haut de page


"ON DIRAIT LE SUD", ÉPISODE 4


Diffusé en février 2015


Des dessinateurs de presse, de Laure Pradal

Des dessinateurs de presse Des dessinateurs de presse Des dessinateurs de presseAprès l’émotion suscitée par l’assassinat des dessinateurs de Charlie Hebdo, Laure Pradal filme les dessinateurs politiques installés en Languedoc-Roussillon : Aurel, Eddie Pons et Roland Hours, qui dessinent pour des journaux politiques ou d’information (Le Monde, Politis) en parallèle de leur travail de dessinateur de BD. Comment travaillent-ils au quotidien ? Qu’est-ce qui fait l’essence de leur métier ?


L’aventure au long cours, de Marie Poitevin

L'aventure au long coursCet atelier de création de tapis est situé aux abords de la ville de Lodève, dans un bâtiment à l’écart qui abrite un trésor de savoir-faire. Il est une annexe des Gobelins. Des hommes et des femmes, appelés lissiers, travaillent patiemment sur la réalisation d’ ouvrages contemporains ou de reproductions de tapis anciens. Ici la rentabilité n’existe pas. Il n’y a pas de contraintes de temps, l’ouvrage prendra plusieurs années, parfois 7 ans. Le 20 janvier 2015 a lieu « la remise d’un métier » aussi appelée la « délivrance d’un tapis » dont on coupera les chaînes après de nombreuses années d’ouvrage. La réalisatrice propose trois portraits qui témoignent de la profondeur historique de cette manufacture (née après la guerre d’Algérie pour donner du travail aux femmes harkis) et de la qualité rare du travail de ces lissiers dont les tapis orneront les ambassades, ministères et monuments historiques.


Le Cirque Poussière à Narbonne, de Jean-Marie Téno

Le cirque poussère à NarbonneJulien Candy est un jeune circassien, formé à Montpellier, à Paris, puis à Padoue. Le film de Jean-Marie Teno suit l’installation, la mise en place et la première sur la scène du Théâtre de Narbonne de la Cie La faux populaire, une jeune compagnie de cirque contemporain, mélange de cabaret, de voltige, de chant lyrique dans leur dernière création intitulée Le Cirque Poussière. Avec précaution, ils se glissera à leurs côtés dans ce remue-ménage de construction millimétrée du manège et de décors parfois qui offrent le cadre à la parodie de certains classiques et à des numéros originaux de voltige, de music-hall et de manipulation et de détournement d’objets qui font partager avec les spectateurs autour du manège les émotions fortes que les artistes communiquent avec brio.


Fouilles au Cloître Saint-Gilles, de Jean-Baptiste Durand

Fouilles au Cloître Saint-GillesDepuis un mois, les archéologues de Mosaïques Archéologie fouillent dans le jardin du cloître de l’abbaye de Saint-Gilles, haut lieu de pèlerinage sur le chemin menant à Saint-Jacques-de-Compostelle. Début janvier, les restes de trois tombeaux monumentaux bâtis en pierre ont été découverts et sont actuellement en cours de fouille. Ils permettent de mettre en lumière la richesse historique du lieu qui ne devrait pas devenir un otage malheureux d’une politique municipale orientée vers d’autres impératifs.


Rodrigo Garcia, de Yann Sinic

Rodrigo GarciaNouveau directeur du Centre Dramatique National de Montpellier, Rodrigo Garcia apparaît comme le fer de lance du renouvellement de la proposition théâtrale de la ville. Avec un discours résolument politique sur l’action artistique, qui s’incarne dans le choix de nommer sa compagnie « Humain trop humain », le metteur en scène argentin bouscule le public en proposant un programme à l’image de la première œuvre présentée « Golgotha picnic ». L’angle du film sera la capacité de mener une telle politique théâtrale en créant de l’adhésion populaire.


D’abord la vie, ensuite les triomphes, de Lucien Clergue

Lucien ClergueLa disparition du photographe Lucien Clergue en novembre a suscité bien des éloges et des rappels utiles dans la presse. Arlésien de naissance, c’est à lui que nous devons la création des « Rencontres photographiques d’Arles ». Ami de Picasso, de Cocteau, il laisse derrière lui une magnifique œuvre photographique, mais aussi des courts-métrages. Ce pan de son travail, beaucoup moins connu, va faire l’objet de projections au festival de cinéma Itinérances d’Alès 2015. Le magazine se propose de diffuser un extrait d’un des courts-métrages de Lucien Clergue, afin de le faire connaître à un public encore plus large.


Immersion à Paloma, de Laure Bourdon Zarader

Immersion à la PalomaÀ la SMAC Paloma à Nîmes, dans l’un des plus beaux lieux de musique actuelle de l’hexagone, de jeunes créateurs expérimentent de nouvelles formes de création, au croisement du cinéma, de la musique électronique et des effets spéciaux. À l’occasion de la préparation de « Déjà vu », un spectacle visuel et sonore où se mêlent improvisation et immersion des spectateurs dans une narration en 3D, Laure Bourdon explore cette nouvelle tendance de la création, de mêler spectacle vivant, nouvelles technologies et performance immersive...


A new morning, de Jérémiah et Piers Faccini

A new morningVivant depuis plusieurs années en Cévennes, l’artiste cosmopolite Piers Faccini s’inspire d’une mystique des lieux pour enrichir son répertoire acoustique. Le réalisateur Jérémiah a saisi dans des plans-séquences les résonances et harmoniques qui surgissent entre des lieux aussi divers que des églises romanes et des espaces de Causses, et les chants très épurés de Piers Faccini. Une rencontre des extrêmes entre le minéral et l’onde.

Haut de page


"ON DIRAIT LE SUD", ÉPISODE 3


Diffusé en novembre 2014

Le repéreur, de Jean-Baptiste Durand

Le repéreurNous suivons Sébastien Giraud, repéreur dans la région. Il nous emmène sur les lieux de tournages de la série « Candice Renoir » et du film « Un beau dimanche » de Nicole Garcia, et nous explique comment utiliser et transformer les décors naturels.




Notes sur un film à faire, de Yann Sinic

Notes sur un film à faireSorti en 1977, le film “L’homme qui aimait les femmes“, de François Truffaut a été tourné à Montpellier. Presque 40 plus tard, Yann Sinic nous montre à quel point l’esprit du film semble encore planer sur la ville.




La deuxième vie de Miguel Caldentey, de Caroline Jauffret

La deuxième vie de Miguel CaldenteyLa goélette « Miguel Caldentey » a été construite entre 1913 et 1916 et a transporté pendant un demi-siècle des céréales, des agrumes, du bois entre Majorque, Valence, Barcelone, Port-Vendres, Sète et Marseille, avant de couler un jour à Canet en Roussillon. Aujourd’hui, au Grand Castellou, près de Narbonne, cette goélette est en pleine rénovation.





Michel Arbatz, passeur de poésie, de Guy Perra

Michel ArbatzMichel Arbatz, chanteur, comédien et poète, vit à Montpellier. Il nous parle de poésie, chez lui, dans son jardin, à la Médiathèque et au théâtre.





Biou, de Sylvère Petit

BiòuDe Beauvoisin, dans le Gard, aux arènes du Grau du Roi, Sylvère Petit nous emmène au plus près des taureaux, de leur préparation à leur participation à une course camargaise.






Restaurer et prendre soin, d’Hélène Morsly

Restaurer et prendre soinPendant deux ans, à Sète, le Théâtre municipal a été rénové. Le travail minutieux et passionné des restaurateurs est ici montré et expliqué.






La cité enfouie, de Bruno Flament

La cité enfouieAu Nord de la Lozère, sous la terre du Gévaudan, se trouve une cité antique que l’on doit garder sous terre pour la protéger de l’hiver, des pluies et du vent. Des archéologues et des architectes nous en révèlent les secrets.




Portrait d’un Archipel, de Lucie Rico

Portrait d’un ArchipelDe tous les grenats de Perpignan, le plus éclatant est sans doute le théâtre bâti par Jean Nouvel : Le Théâtre de l’Archipel. Les premières troupes de comédiens viennent d’investir les lieux pour préparer la saison.

Haut de page


"ON DIRAIT LE SUD", ÉPISODE 2


Diffusé en octobre 2014

Barthélémy Toguo, de Jean-Marie Teno

Barthélémy ToguoLe vernissage et une performance réalisée in situ par le plasticien camerounais Barthélémy Toguo, au Centre d’Art contemporain l’Aspirateur, à Narbonne.





La Manufacture des Paysages, de Yann Sinic

La Manufacture des PaysagesLes élus du conseil municipal d’Olmet, dans l’Hérault, réfléchissent à l’avenir de leur village. Comment le développer en cohérence avec le patrimoine existant ?





Cave avec vue, de Bruno Flament et Patrice Goulet

Cave avec vueDésireux de développer une démarche qualité, les coopérateurs d’Embres et Castelmaure ont choisi de faire bâtir une nouvelle cave dans le prolongement de l’ancienne, avec un travail de haute qualité technologique architecturale. Un pas important pour le projet qui, au-delà des coopérateurs eux-mêmes, soutient le développement de tout un village, désormais ouvert à une activité de portée internationale.


Christophe Honoré : retour à Nîmes, de Laure Bourdon Zarader

Christophe Honoré : retour à NîmesLe cinéaste revient sur les lieux de tournage des Métamorphoses, à la cité de Valdegour de Nîmes et à l’église de Lodève. Deux paysages très contrastés du Languedoc-Roussillon qui ont été des scènes majeures de son adaptation contemporaine d’un livre de l’Antiquité romaine, Les métamorphoses d’Ovide.



Toquen las hores (Sonnent les heures), de Chantal Marchon

Toquen las horesLe long chantier de rénovation de la Cathédrale de Perpignan vient de s’achever avec la pose de l’horloge du clocher - Une horloge conçue et rénovée en parfaite harmonie avec la culture catalane...





Le journal de Cette, de Laure Pradal

Le journal de CetteLes journaux régionaux publiés pendant la Grande Guerre et conservés dans les archives de la Médiathèque de Sète viennent d’être numérisés et rendus publics. Serge Bonnery, écrivain et journaliste, lit et commente les lettres de soldats envoyées aux quotidiens à l’époque




La peur, un journal de guerre au théâtre, de Stéphan Balay

La peurLe journal de Gabriel Chevallier, soldat pendant la guerre de 14-18, est adapté au théâtre par la compagnie montpelliéraine Compagnie Structure Nouvelle, dans le cadre du centenaire de la Grande Guerre.





Pablo Casals, de George Freedland et Michel Ferry (Film issu des collections de l’Institut Jean Vigo)

Pablo CasalsUne archive de la cinémathèque Jean Vigo : dans les années 50, le violoncelliste et chef d’orchestre Pablo Casals sort de sa longue retraite pour accueillir à prades des musiciens internationaux et reprendre avec eux des pièces de Bach.

Haut de page


"ON DIRAIT LE SUD", ÉPISODE 1


Diffusé en septembre 2014

Reconstitution au prieuré de Serrabona, de Chantal Marchon

Reconstitution au prieuré de SerrabonaC’est l’histoire d’un bloc de marbre rose qu’Olivier Poisson a cherché pendant des années, puis retrouvé par hasard à Paris chez une amie. C’est l’histoire d’un bloc qui lui a été volé, comme tant d’autres. L’histoire d’un balcon médiéval qui vient de retrouver son intégrité.






Les mines d'Alès, de Yann Sinic

Les mines d'AlèsLe patrimoine, ce sont aussi les industries. A Alès, à la Mine témoin, les jeunes mineurs de 12 ans apprenaient le tir et le soutènement. Depuis 68, les machines s’y sont arrêtées, mais la Mine a laissé dans les mémoires des souvenirs intacts.








Combas à Sainte-Anne, de Christine Baudillon

Combas à Sainte-AnneDésacralisée en 1993, l’Église néogothique de Ste Anne de Montpellier est devenue depuis un espace d’art contemporain. Mais comment un artiste dialogue-t-il avec le lieu ? Le défi est de taille, à la mesure des proportions du bâtiment. C’est été, c’est le peintre Robert Combas, qui s’y est collé.



Un monde inversé, de François Fronty

Un monde inverséÀ Lagrasse, au Moyen-Âge, Monsieur l’Abbé n’avait qu’à lever les yeux au pla-fond pour voir le monde s’inverser. Exploration d’un pan de l’imaginaire médiéval.








Ce qui nous lie, de Hélène Morsly

Ce qui nous liePoulain de Pézenas, Anne de Bessan. Les animaux totémiques sont au cœur de nombreuses fêtes de l’Hérault. Des rituels populaires qui viennent d’entrer au Patrimoine culturel immatériel de l’Unesco.





L'art dans la rue, de Jean-Louis Coste

L'art dans la rue1972. Dans la Rue Mailly, une rue commerçante de Perpignan, le peintre Claude Viallat participe à une installation collective avec des artistes de la mouvance de l’Art dans la rue. Aujourd’hui, sur ces images filmées par jean-louis Coste, ses complic-es se souviennent.




Les Escanaux, de François Lagarde

Les EscanauxÀ ceux qui diraient que rien ne ressemble plus à une cité qu’une autre cité, Les Escanaux de Bagnols/Cèze seraient un démenti parfait. De loin, rien de plus que ces barres sur lesquelles on a pris l’habitude de détourner le regard. Mais les immeubles de Georges Candilis viennent d’être labellisés Patrimoine du XXIe siècle. Alors où est l’erreur?




ÉpiqÉpiqueue, de Didier Lannoy et Corinne Cartaillac

Les 20 et 21 septembre 2014, ont eu lieu les Journées du Patrimoine. Une bonne occasion pour aller flâner dans les châteaux ou les Musées. Comme le Musée archéologique de Narbonne. Visite guidée.

Haut de page